Rechercher
  • energieessentielle

Le deuil


En théorie, nous avons tous perdu au moins quelqu’un à un moment ou à un autre de notre vie.


Même si nous avons conscience de l’après-vie, ou du moins l’envie d’y croire, la perte et le manque n’en restent pas moins des épreuves difficiles et un travail à part entière. On parle de travail de deuil, ce qui inclus une dose de souffrance ainsi que des efforts conscients.


Que ce soit pour la perte d’un être cher, d’une situation ou d’un bien, le deuil suit toujours certaines étapes qui ont été étudiées et vulgarisées par le Dr Elizabeth Kübler-Ross qui a écrit de nombreux ouvrages sur le deuil, l’accompagnement des défunts ainsi que des personnes endeuillées. Ces étapes n’ont pas toujours lieu dans cet ordre et leur durée peut être très variable, certaines étapes d’ailleurs peuvent être plus nettes et définies que d’autres, à chacun son rythme et sa propre sensibilité :


1 – le déni, on ne réalise pas que la personne est partie, on a l’impression de vivre dans un rêve et on n’accepte pas la réalité, cette étape peut être la plus longue


2 – la culpabilité vient une fois que nous avons compris que la perte est réelle, ce qui crée souvent de la culpabilité, des remords ou des regrets et parfois une compensation dans l’alcool ou les médicaments pour essayer de soulager la douleur créée par l’absence


3 – la colère arrive à cause du sentiment d’injustice créé par la perte, parfois dirigée contre une personne en particulier, la colère doit être exprimée et gérée afin de ne pas pourrir à l’intérieur et causer d'autres dégâts


4 – la négociation est l’étape de compensation qui vise à blâmer d’autres personnes ou à essayer de combler le manque et la souffrance, pour surmonter notre peine, on « déplace » nos émotions, on négocie avec le manque


5 – la dépression arrive lorsque les étapes précédentes sont passées mais que la perte est encore douloureuse, à ce moment-là, on sombre dans la dépression, car la vie n’a plus le même intérêt et qu’on n’arrive pas encore à créer de nouveaux repères, certaines personnes ne dépassent jamais ce stade


6 – la reconstruction est la phase de test de la personne endeuillée qui commence à reconstruire sa vie sans l’être perdu et qui recommence à se mettre en marche à son rythme


7 – l’acceptation est la dernière phase qui indique qu’on a accepté la situation et qu’on arrive de manière stable à recommencer à vivre. Accepter ne veut pas dire oublier, mais vivre avec et sans souffrance


Parfois lors de ces étapes, certaines personnes prennent rdv avec des personnes comme moi pour savoir si le défunt va bien ou s’il a un message. Cette consultation peut aider à accepter la situation. Lorsque l’âme quitte le corps, elle commence un voyage vers une autre dimension, cette étape peut être relativement longue mais n’est plus lié au corps physique. J’ai vu des cas de personnes décédées qui n’étaient pas encore arrivées 1 an après leur mort. Pour autant, même dans les limbes, un médium peut savoir si l’âme est sereine et ne s’est pas perdue lors du décès. Lorsque l’âme du défunt est arrivée dans l’autre dimension (le ciel, le paradis…), elle peut ou non accepter de communiquer, répondre aux questions ou transmettre des messages.


Si l’âme se perd, elle peut devenir une âme errante, là encore un médium peut la retrouver et l’aider à la remettre sur le chemin vers la lumière afin qu’elle poursuive sa route en toute sérénité.


Un dernier point important à aborder concerne nos sentiments et la tristesse et le manque d'acceptation que nous éprouvons lors de la perte d’un être aimé. Pour simplifier, en tant qu’êtres vivants, plus précisément des mammifères, notre instinct de survie nous pousse à avancer coûte que coûte dans la vie en craignant la mort. Sans cet instinct l’évolution des espèces n’aurait pas eu lieu et vivre en soi n’aurait pas grand intérêt. Sauf que la mort fait partie de la vie, qu’on croit ou non en la réincarnation, tout le monde sait qu’un jour tout s’éteint pour faire place à une autre vie et ainsi de suite, cela fait partie du cycle. Ce qui signifie que parfois lors des étapes de deuil si on ne parvient pas à l’acceptation, l’âme du défunt peut ressentir tout ou partie de notre douleur et comme nous n’acceptons pas son départ, nous l’empêchons d’avancer vers la lumière et de poursuivre sa route, on le « retient » auprès de nous au lieu d’accepter son départ et de le laisser évoluer. Cela ne veut en aucun cas dire qu’il ne faut pas être triste, cela veut dire que, comme pour toutes les autres épreuves de la vie, nous devons continuer d’avancer pour arriver au 7ème stade qui est l’acceptation.


Je n’ai volontairement pas détaillé le processus de réincarnation ni les explications sur les âmes errantes, ce n’est pas l’objet de cet article, peut-être d’un prochain…


Pour conclure, je pourrais simplement écrire que la mort fait partie de la vie et que le travail de deuil suit des étapes dont la durée n’est pas définie, à nous d’avancer à notre rythme et selon notre sensibilité, en gardant à l’esprit que quoi qu’il arrive, nous avançons tous dans la lumière.

0 vue

Adresse

95 route des soudanières 01250 Ceyzériat

Téléphone

 06.61.84.50.93

Horaires

du mardi au samedi de 14h à 18h

Contact

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux